Qu’est-ce que la Neuro-Sémantique?

Introduction à la Neuro-Sémantique

Au début des années 1990, Michael Hall, docteur en Psychologie et formateur en Neuro-Linguistique, modélisa la structure de la « résilience », ou attitude « culbuto », qui fait que l’on se remet des travers de la vie pour aller de l’avant.
Ce faisant, il identifia que notre esprit n’opère pas de façon linéaire, de A à Z. Au lieu de cela, il fait des tours et des détours, il effectue des méandres, des boucles. Ainsi, chacun se crée sa propre « psycho-logique », qui n’est logique que pour lui-même (dans le meilleur des cas). Ces méandres peuvent nous servir ou nous dé-servir : ils peuvent former des cercles vicieux qui nous bloquent ou nous diminuent, ou des boucles vertueuses qui nous propulsent plus haut, plus loin, plus avant.

De son expérience, Hall tira le modèle des méta-états, qui clarifie comment on pense, on ressent, on agit par rapport aux évènements extérieurs à nous, ou même par rapport à soi-même.

En effet, on ne fait pas simplement que penser, ressentir ou faire quelque chose à propos du monde environnant – ce que Hall dénomme des états dit primaires, car tournés vers l’extérieur –, on pense à ce que l’on pense, à ce que l’on ressent, on a des ressentis à propos de nos ressentis ou de nos pensées, et ainsi de suite, – ce que Hall dénomme des méta-états, car tournés vers l’intérieur.

La Neuro-sémantique explore la manière dont on se crée du sens à propos de tout et n’importe quoi, et dont on l’encode dans son esprit et dans son corps. Elle est issue d’un remaniement de la Sémantique Générale de Korsybski par Michael Hall, Bobby Bodenhamer, Docteur en Divinité, Denis Bridoux et d’autres, dans une perspective Neuro-Linguistique, qui résulta vers la fin des années 1990 en une fusion de ces deux disciplines. Elle bénéficie de surcroit d’un apport beaucoup plus explicite de la systémique batesonnienne et de la linguistique cognitive, développée par Robert Lakoff et Mark Johnson.

Le but de la Neuro-sémantique est de donner à la personne qui l’étudie une compréhension au niveau structurel de la façon dont notre esprit opère, qui lui permettra de suivre à la trace son cheminement lorsque l’on pense ou que l’on ressent quelque chose à propos de quelque chose, afin de s’accomplir elle-même.

Nous pouvons valider et améliorer encore plus ce que nous faisons. Si notre situation ne nous convient pas, on peut faire quelque chose, de telle sorte que le sens que l’on a attribué à la situation change et que l’on fonctionne mieux. En bref, c’est un instrument idéal pour développer son intelligence émotionnelle.

Au fil des ans, la Neuro-Linguistique a élaboré toutes sortes de processus pour donner aux gens les moyens de changer en résolvant leurs problèmes, ou en trouvant des solutions encore meilleures. Or, on sait à présent que l’efficacité de ces processus dépend de la manière dont notre esprit réfléchit sur lui-même, ou se référence lui-même : c’est notre capacité Neuro-sémantique à opérer dans le monde et à interagir avec celui-ci.

En quelques mots, pour résumer la relation entre Neuro-Linguistique et Neurosémantique :

  • La Neuro-Linguistique a trait à la manière dont on perçoit les choses et dont on se les représente en soi en termes sensoriels (VAKOG) pour travailler dessus.
  • Le modèle des méta-états a trait à la manière, présentée ci-dessus, de réfléchir sur la manière dont on perçoit les choses et dont on se les représente en soi.
  • La Neurosémantique 1 a trait à la manière que l’on a de créer des cadres conceptuels et de référence dans notre esprit, et à la manière dont cela affecte nos réflexions, nos représentations et nos perceptions.

La Neurosémantique nous permet donc de structurer la Neuro-Linguistique pour la rendre encore plus efficace. Elle nous donne les moyens de changer et de mettre à jour nos cartes perceptuelles pour transformer le sens que l’on donne à ce que l’on vit, afin que cela nous soit plus utile. Elle nous apporte encore plus de flexibilité et de fluidité pour répondre aux choses que nous désirons accomplir, d’une manière qui respecte l’environnement et les gens qui nous entourent.

La réflexivité, ou comment les pensées/ressentis se réfléchissent sur eux-mêmes pour poser des cadres de références supérieurs

©2006 Denis Bridoux Extrait du manuel du livre: Découvrir & Utiliser Son Intelligence Emotionnelle, Editions du Dauphin, 2004

Haut de page

LA NEUROSÉMANTIQUE®

Définition : chaque personne traduit les sens, les significations qu’elle se crée dans l’esprit (sa sémantique personnelle) en émotions et en ressentis dans son corps (sa neurologie) au moyen de ses états et de ses méta-états pour créer ses états Neurosémantiques.

Les facteurs de la Neurosémantique:

  • Les émotions : Quand quelque chose signifie quelque chose pour soi, on le ressent dans son corps. Cette signification prend la forme de valeurs, de convictions, de compréhensions, etc.
  • La construction du sens : La Neurosémantique est un modèle qui traite de la manière dont on construit de la signification à travers l’évaluation, les expériences, les évènements, les mots, etc. C’est un modèle sur la façon dont on vit dans le monde, dans une Matrice de Sens que l’on se construit et que l’on hérite des autres et de notre culture.
  • La Matrice de sens : La Neurosémantique décrit les cadres de références que l’on utilise dans la vie et les cadres de signification que l’on se construit. Ceci génère une Matrice de Sens dans laquelle on vit et on opère.
  • Les réactions sémantiques : Ce sont les réactions qui ont lieu qui nous indiquent les structures de notre sémantique.
  • La Neurosémantique générative : En élaborant de nouvelles émergences d’états, nous avons des expériences nouvelles qui sont plus que la somme des parties mises en jeu (créativité, bonheur, synergie, etc).
  • Un caractère systémique : La structure Neurosémantique des méta-états implique une façon de penser différente de celle à laquelle on s’attend traditionnellement, où l’on passe d’une manière linéaire de penser à une manière non-linéaire. La pensée systémique implique la réflexivité, la récurrence, et la pensée en spirale. Cela veut dire retracer les boucles avant et arrières qui forment les cadres de la Matrice2.

Les modèles Neurosémantiques :
Voici quelques-uns des modèles développés en Neurosémantique. Il y en a bien d’autres :

  • Le modèle des Méta-Etats qui cartographie notre réflexivité et décrit comment nous posons états sur états.
  • Le modèle des Mind Lines (ou Fils Conducteurs de l’esprit) pour le recadrage en conversation.
  • Le modèle des Jeux de Cadres qui permet de diagnostiquer, de comprendre et de travailler avec des états et des comportements comme si ce derniers étaient des « jeux » conduits et modulés par des « cadres » ou autres « règles ».
  • Le modèle de la Matrice qui spécifie et décrit sept matrices comme outils de diagnostic et de modélisation.
  • Le modèle des Axes de Changement qui cartographie le processus de changement et de transformation.

Notre Matrice de Cadres:

  • La Matrice de Signification, de Sens : On évolue dans un monde intérieur fait de cadres construits autour d’idées, d’évènements, d’émotions, d’espoirs, de peurs, de passions, etc. Cette matrice de significations et de références crée notre « SENS » de la réalité et la structure objective de note expérience.
  • Le modèle de la Matrice : Nous avons plusieurs types de matrices : des matrices de processus qui créent les structures, des matrices de contenu qui englobent les concepts clés et les réalités sémantiques, et la matrice des états sur laquelle les autres s’établissent. Cela comprend les 5+2+1 Matrices de notre système « corps-esprit-émotion ».
  • Comment Maîtriser notre Matrice : Prendre conscience de notre Matrice nous rend capable de la détecter en action et ainsi de la maîtriser.

©2003 L. Michael Hall, Ph.D. extrait du manuel de formation du Génie du Coach

1 Le mot « Sémantique » vient du grec σημαντικός (semantikos), et a trait à la façon dont on génère du SENS, consciemment ou inconsciemment vis-à-vis de quelque chose.
2 NdT : Les termes anglais « feedback » et « feed forward » sont des termes de cybernétique – la théorie des systèmes –, qui restent souvent non traduits en français. Ils signifient respectivement « boucle vers l’arrière, boucle en retour dans le système, boucle rétrogressive » et « boucle avant, vers l’avant, boucle progressive ». Gregory Bateson fut l’un des développeurs de cette discipline

Inscrivez-vous au Module les bases de la Neuro-Sémantique

Je suis intéressé par la formation les bases de la Neuro-Sémantique

Je souhaite avoir plus d'information
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

Lire les Mentions Légales et Conditions de Vente